Résidences artistiques

DELPHINE MOGARRA

LABORATOIRE SOLUBLE

Résidence artistique dans le cadre de l’appel à projet « Rouvrir le monde » soutenu par la Drac PACA, du 4 au 8 août 2020 au Centre social Saint Mauront.

Le projet Laboratoire soluble de Delphine Mogarra s’inscrit en écho au programme Travail ! Travail ! projet pilote d’accompagnement à la professionnalisation proposé par Art-Cade, Collective, Les Beaux-Arts de Marseille et Mécènes du Sud Aix-Marseille. Delphine Mogarra en duo avec Charlotte Morabin a effectué une résidence au sein de l’entreprise Cadentia, fabricant d’Eaux de Cologne à Aubagne. L’observation du laboratoire a vu émerger des problématiques liées à la question du miscible dans la création.

Les questions se poursuivent personnellement pour l’artiste dans la mise en place d’un laboratoire éphémère d’expériences au sein du centre social Saint Mauront. Il s’agit de questionner, avec le groupe de jeunes, la porosité entre protocole artistique et scientifique.

L’atelier se déplace et les expériences se diffusent, les mélanges entre les matières sont rendus visibles et manipulables : opérer la rencontre entre les poudres, plâtre et liquides, questionner les récipients qui accueillent l’expérimentation et rentrer dans une recherche de symbiose, miscibilité et perméabilité entre les matières et les mots.

Après ce temps flottant que nous avons vécus, le rythme se redessine, les expériences peuvent renaître. Il sera proposé aux groupes de faire l’expérience du mélange, de porter une attention à la fabrication, d’en décomposer les étapes et d’envisager la création de formes en revenant à un stade proche de la genèse, qui offre un champ de possibles.

L’appareil photo se rapproche au plus près et fixe les états en changement. Les photographies et les annotations qui accompagnent chaque expérimentation seront archivées en vue de la création d’une édition qui mettra en avant la poésie quotidienne du laboratoire, entre livre de recettes et partage de l’expérience.
La forme du livre permet de penser la relation entre texte et image, présente dans leprotocole expérimental, comme une matière poétique et vivante. Il laisse une trace du Laboratoire soluble et lui permet de continuer sa diffusion vers d’autres lieux, d’autres lectures.

DIANE GUYOT DE SAINT MICHEL
À L’HÔPITAL EUROPÉEN MARSEILLE 2019/2020

Diane Guyot de Saint Michel se rend depuis juin 2019 dans les services de soins critiques Urgences et Réanimation. Ces mêmes services sont aujourd’hui dédiés COVID. L’artiste s’y est rendue afin de documenter ce moment si puissant pour nous tous, où tous les regards sont justement braqués sur l’hôpital.

Grâce à la matière collectée, elle réalise aujourd’hui un ensemble de portraits de soignants après leurs 12h de travail, avec et sans masque. Certains soignants ont d’ailleurs ‘découvert’ à cette occasion le visage de collègues venus en renfort. La pratique de Guyot est directe et concrète ; ses effets sont immédiats

art-cade* et l’Hôpital Européen Marseille accompagne l’artiste en résidence avec le soutien de l’Ars Paca et de la Drac Paca dans le cadre de «Culture à l’hôpital».

« L’anesthésiste parle au patient juste avant de l’endormir. Sa voix est parfois la dernière entendue. Faire un portrait en réanimation, c’est dessiner avec cette idée qu’il est possible que ce soit le dernier.

Je m’attache aux équipes de soignants, qui soignent, qui pansent, mais aussi font les lits, préparent les draps, brossent les dents, les cheveux, et préparent aussi la chambre et le corps pour l’arrivée de la famille.
On parle de l’hôpital comme d’un lieu aseptisé, mais c’est pourtant là qu’on retrouve toute la puissance du rituel.

Il y a un autre rituel, un étage plus bas, dans le service des urgences.
À n’importe quelle heure et pour parfois pas grand chose, ils arrivent dans ce service déjà engorgé. Je me demandais bien ce qui pouvait pousser quelqu’un à venir à 3h du matin pour un mal de ventre. Souvent, ils demandaient un Irm ou un scanner. Je dessinais et me rendais bien compte de la force du dessin. L’image en elle-même importait peu, ou plutôt était comme un e et secondaire. L’important c’est d’abord d’être représenté. Ces pauvres qui dé lent, ceux que les médias, les politiques ou les bailleurs sociaux ont abandonné, c’est bien une image qu’ils attendent. Et ils resteront là toute la nuit s’il le faut, pour le temps d’un examen, accéder à un peu d’égalité face à la représentation.»

Diane Guyot de Saint Michel, janvier 2020.

Dans l’œuvre de Diane Guyot de Saint Michel, la négociation n’est pas un préambule, elle constitue le centre d’une production qui s’appuie sur la parole. Aussi, dans une part importante de son travail, l’artiste tente-t-elle de convaincre des personnes extérieures au champ de l’art à l’accompagner activement dans la réalisation de ses pièces.

Qu’il s’agisse de photographies, d’installations, d’éditions, de vidéos ou de performances, le socle de son travail s’élabore sur le partage du savoir et la co- construction. C’est dans le déplacement et la mise en commun qu’opère l’artiste, se rendant étrangère, comme le sont les personnes qu’elle invite, elle tente de dessiner un territoire d’entente producteur de sens.

En cela, et en bien d’autres aspects, l’œuvre de Diane Guyot Saint Michel est un positionnement, une parole impliquée, consciente du monde qui l’entoure, et qui se donne à voir des formes pensées et généreuses.

Guillaume Mansart co-directeur, responsable artistique de Documents d’Artistes PACA http://documentsdartistes.org/guyot

L’hôpital regorge de drapés : le tissus qui occulte la partie du corps dont on ne s’occupe pas pendant l’opération, les tenues trop amples des équipes qui plissent et replissent, jusqu’aux draps des lits et traversins qui sont autant de lieux de réunions durant lesquelles on voile et dévoile le patient. Ce passage entre ce qui est dissimulé sous les plis à la vue du corps malade me parait être un enjeu de représentation.

« Je repasse et je vois du monde dans son box. Tiens, cette fois-ci son drap est levé… Les liquides dans les poches connectées à son ventre sont de drôle de couleurs. Une quarantaine d’agrafes parcourent son ventre du pubis au plexus avec un détour par le nombril. Sur la droite de cette voie ferrée, deux plaies rouges et visqueuses. Matthias fait le pansement. « C’est l’atelier macramé » dit-il. C’est vrai qu’il va falloir être inventif pour arriver à scotcher, passer le tuyau au travers du truc. Il bricole un pansement adapté. Tout d’un coup, la patiente se met à avoir des spasmes à l’épaule droite. Je suis en face d’elle, je me dis que ça y est, ça va partir en cacahuète. Un infirmier aussi se demande ce qu’il se passe. Elle s’arrête, elle sourit, montre l’infirmier derrière moi et dit qu’à eux deux, ils ont le sens du rythme. Elle dansait et me regarde d’un air de défi, petit sourire en coin : une magnifique leçon de résistance, à moi qui regardais un amas de plaies. « 

DIANE GUYOT DE SAINT MICHEL
LA SALLE BLANCHE ACTE 1
2017/2018

Résidence artistique à l’Hôpital Européen (Marseille) et à la Salle Blanche (Apt) en partenariat avec art-cade* et Mécènes du Sud Aix-Marseille.

Projet réalisé dans le cadre des Ateliers Quel Amour! MP2018

En 2017, art-cade* accompagne la mise en place d’une résidence de recherche pour Diane Guyot de Saint Michel au sein de l’entreprise La Salle Blanche basée à Apt (réalisation de salles à atmosphères contrôlées pour les établissements de santé).

La Salle Blanche ayant installé les blocs opératoires de l’Hôpital Européen – Marseille, art-cade* sollicite cet établissement pour un accueil de Diane Guyot en résidence de recherche. L’accueil fût immédiat et enthousiaste.

Entre juillet 2017 et janvier 2018, Diane Guyot a réalisé une résidence de 7 mois, au sein de l’Hôpital Européen, pendant laquelle elle a été à la rencontre des personnels, des médecins et des patients du service H4.
À l’issue de la résidence, les œuvres produites par Diane Guyot et les pistes de recherches en cours ont fait l’objet d’une présentation au sein de la Galerie des grands bains douches de la Plaine, ouverte au grand public, et pendant laquelle nous avons organisé des moments spéciquement dédiés aux personnels de l’hôpital.

Une performance a lieu au sein du service gastro-entérologie : Diane Guyot brode un ensemble de blouses qui seront autant d’oeuvres portées par le personnel soignant pendant leur journée de travail. L’art est au coeur de l’hôpital, entre soignants et patients.

La richesse de cette première phase de travail et la qualité des échanges qui en ont émergé, ont donné envie à l’ensemble des partenaires du projet de poursuivre la collaboration dans les services particulièrement éprouvant pour le personnel.

«Je fonctionne au désir, à l’excitation. Le projet naîtra de ma rencontre avec LSB et l’Hôpital Européen, de la gestation et d’un accouchement dont je ne peux encore m’avancer s’il sera douloureux ou pas. D’expérience, ça l’est toujours un peu. Si je prétends à une résidence artistique au sein d’une entreprise, c’est que La SalleBlanche m’a tapé dans l’oeil : producteur d’espaces aseptisés, de salles blanches et stériles faites de matériaux modulaires et adaptables à toutes architectures existantes. Et je pense bien sûr au white cube, à cet espace dont on n’échappe pas, qu’on soit dedans ou dehors du décor.
J’expose dans les aérogares, les stades, les stations de métro, j’ai une tendresse particulière pour les lieux qui nous rassemblent malgré nous. Je passe des heures à la CPAM, à la CAF, dans les zones de transit, pour dessiner dans ces espaces normés, ensemble des modules d’un grand système.
Y a-t-il un espace plus public que l’hôpital? Peut-être, mais celui-ci en tous cas, on y fait tous un saut.»

La démarche de Diane Guyot de Saint Michel, immersive dans un premier temps, permettra de « prendre le pouls » des espaces concernés par le projet : les espaces de santé, les salles d’opération, le lieu de production de LSB à Apt.

Avec cette résidence, l’ambition des parties est d’enclencher un laboratoire d’idées, de productions, de recherche. Pendant toute la durée du projet, la galerie des Grands Bains Douches de la Plaine coordonne les temps de rencontres, de présentations publiques, d’échange et de travail entre les partenaires du projet. Mécènes du sud accompagne La Salle Blanche dans sa démarche projet.

Diane Guyot de Saint Michel, par ses productions formelles et/ou conceptuelles, mettra en exergue les enjeux de ce programme en devenir qui vise à re-penser les espaces de santé.

art-cade*
Galerie des grands bains douches de la Plaine

35 bis rue de la Bibliothèque
13001 Marseille, France
Tél. : 04 91 47 87 92

Horaires d'ouverture
Du mardi au samedi de
15h00 à 19h00

Inscrivez-vous à notre newsletter
(bientôt disponible)

Votre e-mail

Inscription

art-cade* est membre du réseau

© art-cade* 2013-2020