preloadingpreloadingpreloading

2019

 


Vernissage le jeudi 2 mai à 18H30 

Performance chorégraphique à 19h30 dirigée par Charlotte Morabin
Conférence performée à 19h40 par Primavera Gomes Caldas & Mélanie Joseph.

GLISSEMENT DE TERRAIN Du 2 au 4 mai.

« Une surface chahutée dévale sur une nouvelle terre, adapte son vocabulaire. 

L’oeil extrait et la main transforme.

Les corps s’automatisent  jusqu’à venir opérer la fusion et donnent naissance à de nouvelles fabulations. »

Sortie de résidences dans le cadre du programme TRAVAIL TRAVAIL !!, programme d'ateliers de professionnalisation et de résidences d’artistes en entreprises conçu et mise en œuvre par Art-Cade, Collective, Les Beaux-Arts de Marseille (ESADMM) et Mécènes du Sud, avec le soutien du ministère de la Culture. Le programme est ouvert aux étudiants et diplômés des Beaux-Arts de Marseille depuis 2017.

Deux binômes sélectionnés donnent à voir une restitution de leurs recherches durant leur résidence en entreprise.

Delphine MOGARRA & Charlotte MORABIN

"Le bruit assourdissant d'une filtration, l'énergie des liquides qui circulent, le tremblement des flacons qui s'entrechoquent, les accélérations du transpalette et puis silence. Il a suffi d'une inspiration pour que..." Texte de D.Mogarra & C.Morabin

C'est à partir de prises de notes, de gestes, de récits, de bruits et de matières récoltées, que Delphine Mogarra et Charlotte Morabin présentent leur travail de recherches effectué dans l'entreprise Cadentia, fabricant d'Eaux de Cologne à Aubagne. Elles déplacent et recomposent à partir de deux espaces bien définis dans l’entreprise : l’espace de conditionnement et l’espace de production ( le laboratoire ). C’est un chemin entrelacé où s'évacuent les gestes après l'observation. Attentives au moindre bruit, à la moindre goutte pendant le temps passé dans l'entreprise, on assiste à ce moment juste "après l'agitation ».


Une résidence TRAVAIL TRAVAIL !! de Charlotte Morabin et Delphine Mogarra au sein de l'entreprise Cadentia accompagnée par Mécènes du sud. 

Primavera GOMES CALDAS & Mélanie JOSEPH

"Comment continuer à exister après le désastre ? Comment survivre dans les ruines du capitalisme ? Après plusieurs mois de recherche au sein de l’Entropotopia, deux archéo-futurologues vous proposent de découvrir leur première collecte d’images, d’interviews, d’objets et d’histoires.”

Suite à une période de résidence au sein de l’espace de coworking I lov’It , les deux artistes Mélanie Joseph et Primavera Gomes Caldas proposent les prémices d’une réflexion effectuée en binôme sur les notions de travail, d’utopie et de l’être en collectif. Une navigation entre mythe et fabulation à des millénaires de nos urgences contemporaines.

Notre maîtresse à penser (Appelons-la Christine!) nous a, un jour, réuni sous un olivier, où nous nous sommes reniflées, pistées puis appréciées : notre binôme était né ! Sous l’oeil bienveillant de notre guru Donna Haraway, nous nous sommes alors attelées aux supers tâches de démembrement des systèmes de domination et, d’exploration des champs du possible offerts à nos âmes en détresse. Ou comment survivre à la précarité de notre temps.

 
Une résidence TRAVAIL TRAVAIL !! de Primavera Gomes Caldas et Mélanie Joseph au sein de l'entreprise Tivoli Capital accompagnée par Mécènes du sud.


Marche / Arrêt,
Performance chorégraphique dirigée Charlotte Morabin 
Danseur: Nabjibe Said (Original Rockerz)
Durée : 5min 
Composition musicale réalisée par Charlotte Morabin, Christelle Canot et Walter Laguerre

Marche / Arrêt s'inspire des postures et gestes des salariées de l'entreprise Cadentia, fabricant d'eau de Cologne. On s'intéresse alors à la droiture du dos, au va et vient d'une main tremblante, à l'impulsion du pied donné à la machine et à ces hanches qui pivotent... 
Nabjibe Said tente alors de travailler et suivre ces machines aux rythmes effrénés. Chaque geste compte, se rajoute, se répète et s'amplifie. Il s'accapare la rythmique et se conditionne à chaque mesure. Le corps s'adapte-t-il à la machine, où la machine s'adapte-t-elle au corps?


 

André Ravéreau, leçons d'architecture

Exposition hommage du 1er mars au 13 avril 2019

Vernissage le 28 février 2019.

Dossier de presse

André Ravéreau, c’est d’abord un regard. Un regard que le grand âge a aveuglé sans rien lui enlever de son acuité. André Ravéreau, ce sont d’innombrables dessins où un oeil se promène, attentif au moindre détail, tout autant qu’à l’horizon au-delà. André Ravéreau, c’est une capacité rare à voir à la fois au près et au loin, le singulier et l’intemporel, ce qui change et ce qui reste, et comment l’alliance des lois de la statique et de l’équilibre, universelles, se conjuguent avec la variable de la latitude pour orienter le geste architectural.

Grand observateur de la Méditerranée où il vécut et travailla la plupart de sa vie, André Ravéreau a su lire et relire l’architecture traditionnelle comme nul autre ; il en a relevé les pertinences constructives, l’adaptation fine aux usages et aux climats, mais aussi l’équilibre «sans ornementation» et la troublante beauté dont témoignent les magnifiques photographies de sa compagne et collaboratrice, Manuelle Roche, l’oeil de l’oeil, celle qui sut si parfaitement fixer sur le négatif ces subtilités constructives savoureuses que voyait André Ravéreau.

Ce regard particulier a généré une oeuvre importante ainsi qu’une école ou plutôt un atelier-école : l’Etablissement Régional Saharien d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement, plus communément nommé « l’atelier du M’Zab », lieu dans lequel l’apprentissage se faisait par l’expérience physique et sensible du site et la transmission continue d’un enseignement hors cadre, essentiellement oral, visant à exercer le regard pour mieux extraire le sens de la forme.

Nourrie du fonds d’archives accumulé par André Ravéreau et Manuelle Roche, puis développée sous l’égide de l’association ALADAR (Association Les Amis d’André Ravéreau), l’exposition s’appuie sur une mine de supports de toutes natures: dessins, photographies, enregistrements audio et vidéo dont de nombreuses démonstrations filmées par les stagiaires. Ils permettent de présenter, pour la première fois, de multiples travaux et thématiques inédits, sur lesquels réfléchissait André Ravéreau jusqu’à ses derniers jours.

Une exposition à l’initiative de Maya Ravéreau réalisée par l’association ALADAR. Commissariat : François Cadiou, Jeanne Marie Gentilleau, Marta Pop. Scénographie : Anaïde Nayebzadeh. Avec : Pascal Baeteman, Mounia Bouali, Manon Bublot, Caroline D’Arras, Jean Goizauskas, Jean-Jacques Horem, Djenina Illoul, Bernard Lab, Adam Nafaa, Daniela Ruggeri, Capucine Tournilhac, Amel Zerourou.

 

Autour de l’exposition 

Mardi 5 mars à 19h à la MAV PACA(12, boulevard Théodore Thurner, 13006 Marseille):

Transmissionéchange autour d’un chantier-école en Grèce.

Pour raconter la manière dont André Ravéreau enseignait ceux qu’il appelait ses enfants ou ses élèves à travers le chantier, une équipe d’anciens stagiaires et bénévoles présenteront le chantier-école de la maison en Grèce.Avec Manon Bublot, François Cadiou, Stéphane Herpin et Capucine Tournilhac, architectes, anciens stagiaires et bénévoles auprès d’André Ravéreau.

 

Samedi 16 mars à 14h à la galerie : Geste, atelier de construction [COMPLET]


Vendredi 22 mars à 19h à la galerie :

Regardstable ronde

L’observation était une des leçons d’André. Le thème sera abordé et discuté à partir de l’oeil de sa fille, celui d’une architecte-chercheuse et d’un cinéaste

- Claude Pavard, écrivain, cinéaste ayant connu André Ravéreau au M’Zab 

- Maya Ravéreau, architecte 

- Daniela Ruggeri, architecte, auteure d’une thèse sur le travail d’André Ravéreau.

 

WORKSHOP LES APPRENTIS ARCHI Quatrième édition

DU 8 AU 13 AVRIL

Dans le cadre de l'exposition André Ravéreau, leçons d'architecture nous proposons une sensibilisation à l'architecture. A travers des ateliers (maquettes, pop'up, dessins) et des balades urbaines, la thématique de cette quatrième édition est tournée vers l'architecture vernaculaire ou située chère à André Ravéreau. On ira visiter également une agence d'architecture et la Cité radieuse du Corbusier.

Programme plus détaillé à venir.

A partir de 7 ans. A la carte: 30€ la journée, 75€ trois jours, 110€ la semaine de 9h à 17h.

Places limitées sur inscription à communication.artcade@gmail.com


 

 La Relève

Exposition du 18 janvier au 6 février

Vernissage le 17 janvier à 18H à art-cade et HO

Artistes exposés à art-cade : Jenny Abouav, Gillian Brett, Amandine Capion, Anouk Moyaux, Kent Robinson

Artistes exposés à HO : Jenny Abouav, Sophie Blet, Gillian Brett, Stéphanie Brossard

FEUILLE DE SALLE

Parallèle s’associe à art-cade, Galerie des Grands Bains Douches de la Plaine et la Galerie HO pour donner à voir le travail d’artistes plasticien.ne.s en phase de professionnalisation à l’issue d’un appel à projets. À l’occasion du festival, les 3 partenaires proposent une exposition réunissant les projets retenus autour des notions suivantes : Abstraction, subversion, disparition. 

Plus de cent projets ont été reçus et étudiés par un comité de sélection composé de :
- Aurélie Berthaut - directrice d'art-cade Galerie Bains Douches, présidente de la Semaine Pop Philosophie et cofondatrice de l'Agence Collective, dédiée à l'accompagnement d'artistes,
- Fouad Bouchoucha - sculpteur, performeur et vidéaste,
- Lou Colombani - directrice générale et artistique de Parallèle,
- Marie De Gaulejac - commissaire d'exposition et chargée des résidences à Triangle France-Astérides,
- Gilles Desplanques - artiste et co-fondateur de la galerie HO et de Marseille expos,
- Constance Juliette Meffre - commissaire indépendante et productrice,
- Abraham Poincheval - performeur et professeur à l'École supérieure d'art d'Aix-en-Provence,
- Frédéric Pradeau - sculpteur, plasticien et professeur à l’école des Beaux-Arts de Marseille.


En coréalisation avec Art-Cade Galerie Bains Douches et la Galerie ho